jeu. Déc 2nd, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Makelot Boyer, le poète de la réconciliation

3 min read

La poésie peut-être inspirée par par des faits différents inspirants. Certains poètes ont pour muse une femme, un astre ou une expérience. Mais d’autres, comme Makelot Boyer, s’inspirent de la réalité quotidienne pour mettre les mots en vers. Lui, il met en phase la peur, la joie, les déceptions et la honte pour ramener les cœurs. Makelot veut l’union avec sa poésie.

Makelot Boyer est né aux Cayes un 29 décembre. Il a fait ses études primaires à l’École Évangélique Baptiste de Fonfrède. Ensuite, il a poursuivi ses études secondaires au Lycée Philippe Guerrier des Cayes. Entré à la capitale, il a entamé sa formation universitaire à l’ENS en mathématiques. Problème d’adaptation, il a laissé l’ENS pour la Faculté des Sciences (FDS) de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Malheureusement, il a raté l’année. Après cet échec, il a opté pour les sciences économiques à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques de l’UEH. Enfin, il est licencié ès sciences économiques et détenteur d’un diplôme d’études supérieures spécialisées en administration financière.

Sa passion pour l’écriture a toujours été enfouie au fond de lui. Il la ruminait avant de l’extérioriser. Lorsqu’il décide enfin de se laisser aller, il publie alors son premier recueil de poèmes en créole en 2005 intitulé « Kèm ak plim ». Il se perfectionne et s’améliore pendant un certain temps. Après une longue période d’absence, il sort un deuxième recueil de poésie, encore en créole, qui porte le titre : « kite kantik pran priyè ».

Makelot Boyer a choisi de devenir écrivain, plus précisément poète parce que la poésie est, selon lui, le plus beau des moyens qui peut lui permettre de dire tout ce qu’il ressent. Il veut partager une partie de lui-même avec les autres, proches ou lointains. Il veut aussi se servir de sa plume pour dénoncer les maux qui gangrènent le pays et prêcher l’évangile de la réconciliation. Il écrit aussi pour chanter la beauté et le courage des femmes haïtiennes, leur amour et leur sensibilité. Il considère l’écriture comme une sorte de cure pour désintoxiquer le pays de ses vices.

« Kite Kantik Pran Priyè est un recueil de poésie qui nous invite à prendre notre destin de peuple en main, à aimer la vie en dépit de ses revers. Ce recueil parle de nos rêves en lambeaux, de nos déchirements, de nos peurs, de nos ténèbres. Kite Kantik Pran Priyè est aussi un morceau d’espérance et de vie. Kite Kantik Pran Priyè se manyen youn aprè lòt tout fasèt lavi a » : nous confie l’auteur, satisfait de son travail. En tant qu’économiste, il aimerait que les problèmes évoqués dans ce recueil de poésie servent d’éléments de politiques publiques. Un accord très audacieux qu’il compte perpétuer dans ses prochains titres.

Makelot en profite pour conseiller à ses lecteurs et aux écrivains en herbe de poursuivre leur rêve avec constance et amour.

« Je conseille à ceux et à celles qui veulent écrire de lire beaucoup; il y a une relation étroite entre la lecture et l’écriture. C’est en lisant des textes poétiques que j’ai découvert mon talent de poète ». Il a osé et il a réussi. Il en va de même pour tous ceux qui espèrent vivre de la littérature.

Geneviève Fleury

Laisser un commentaire