mar. Oct 26th, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Valérie Pierre Louis, une entrepreneure à succès

5 min read

Valérie Pierre Louis veut imprégner sa génération avec l’énergie positive qu’elle émet et son sens du travail assidu. Constamment en train de penser aux nouvelles idées pouvant impacter sa communauté, la CEO de l’agence Citronnelle, Valérie Pierre Louis poursuit sa route vers le succès.

Née un 15 janvier à Moron, une petite localité du côté de Jérémie, Valérie Pierre Louis est une femme entrepreneure qui fraie sa voie vers la réussite. Rien que son agenda archicomble en dit long sur la débrouillardise de la Jérémienne. Plutôt active, elle et l’oisiveté ne partagent pas la même piste de danse.

Au Collège du Sacré Cœur, elle fait ses études primaires avant de rejoindre les rangs des élèves du Collège Saint Louis pour boucler son cycle d’études classiques. C’est en effet à Jérémie, sa ville natale où elle grandit, qu’elle fait toute sa scolarité. Juste après son baccalauréat, elle intègre la prestigieuse Université Quisqueya, pour une licence en Sciences de l’éducation. À en croire ses mots, c’est un domaine qui la passionne amplement. Dotée d’un esprit créatif, d’une capacité cognitive très productive, Valérie est admise dans la première cohorte du Gouvernement Jeunesse d’Haïti. « Une expérience enrichissante », avoue-t-elle. Elle n’en restera pas là, car plus tard elle s’offrira une place au Parlement francophone des jeunes des Amériques.

Un parcours inspirant

« Parallèlement à ma licence, je travaillais dans l’enseignement pour plusieurs écoles de la ville, à Frantz Paillère et au collège Marie Dominique Mazzarello, plus précisément. Je travaillais également à Ticket Magazine comme correctrice », se rappelle la boursière du programme IVLP de l’ambassade des USA. Elle part, après son cursus à l’UniQ, parfaire ses acquis scientifiques en sciences de l’éducation à Paris. Outre sa maîtrise en éducation, elle en profite également pour faire un master en Gestion de projet.

Forte de ses capacités intellectuelles, la jeune professionnelle aura l’opportunité de faire valoir son savoir-faire dans plusieurs institutions gouvernementales ou non, comme au Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle. Elle passera six mois au Pérou comme chargée de mission d’une organisation internationale dont le siège est à Boston. « Étant au  Pérou, j’en ai profité pour m’initier à la danse latine, à la Salsa notamment », dévoile la mordue de la danse qui aime à s’oublier sur un rythme endiablé.

Si, lors de l’entretien qu’elle a accordé à la rédaction de Le quotidien News depuis Paris, elle a fait montre d’une grande éloquence dans ses répliques et d’une facilité de langage hallucinante, Valérie avoue cependant qu’elle a été mise à mal dans son adolescence par une étrange timidité. Et comme toute vraie battante, elle ne s’est pas laissée avoir par cette faiblesse de caractère. « Je me suis inscrite à Miss AnayizZ en 2008, afin de vaincre cette timidité », confie-t-elle.  « Je voulais aussi gagner la voiture », s’empresse-t-elle d’ajouter avec un léger sourire. Une très belle expérience qu’elle n’est pas prête d’oublier. « J’ai énormément appris. Je crois que je dois à ce concours tout ce que j’accomplis aujourd’hui, car c’est de là que tout a vraiment commencé », avoue la deuxième dauphine de Miss AnayizZ 2008.

Une entrepreneure toujours en quête de nouvelles idées

Valérie Pierre Louis est en outre une entrepreneure qui veut toujours proposer un nouvel élément de solution à un problème identifié. Pas plus tard qu’en 2015, elle a inauguré l’agence Citronnelle, une agence de femmes de ménage. « C’est un secteur très informel dans lequel j’investis. Le travail consiste en effet à recruter des femmes de ménage qualifiées afin de proposer un service de qualité aux clients », déclare la CEO de l’agence Citronnelle. Après le recrutement, l’agence que dirige Mme Pierre Louis offre une série de formations à ces femmes de ménage afin qu’elles soient à même de satisfaire les clients.

« C’est un travail avantageux pour les deux parties, à savoir les femmes de ménage et les clients. Par exemple, le client n’aura pas de problème en cas de non disponibilité de la gouvernante qui lui est affectée. On va tout de suite lui envoyer une autre femme de ménage. De l’autre côté, en cas de retard de paiement du client, la travailleuse n’aura pas à se plaindre car c’est l’agence qui lui paie son salaire », explique Valérie Pierre Louis, spécialiste en Business développement & marketing.

Valérie Pierre Louis investit également dans la restauration. Elle a inauguré en été 2018 un nouveau restaurant à Port-au-Prince, Café Tap Tap, qui dessert les amoureux de la bonne cuisine. « Café Tap Tap est un concept qui fait allusion à l’accessibilité du service et à sa rapidité également. On offre un service de qualité pour satisfaire notre clientèle », se félicite l’entrepreneure à succès qui se plaint toutefois de la précarité du climat tendu de la politique et de l’insécurité qui sévit dans le pays. « Malheureusement, la politique en Haïti empiète sur tout, encore plus sur  les activités économiques. On assiste de ce fait à l’émigration des clients qui ne veulent pas demeurer dans le pays, et la main-d’œuvre également se fait rare », se désole Mme Pierre Louis qui espère un changement de paradigme.

Valérie Pierre Louis encourage ses pairs à user de l’entrepreneuriat comme l’un des outils pouvant fortement contribuer à leur émancipation. « L’entrepreneuriat c’est un monde qui me parle. C’est en effet un outil qui vous offre une certaine indépendance car la femme entrepreneure peut ainsi prétendre à une certaine liberté. De plus, c’est intéressant de pouvoir identifier un besoin dans sa communauté et d’apporter un élément de solution », argumente-t-elle.

En dehors de ses activités professionnelles et entrepreneuriales, on découvre en Valérie une cinéphile convaincue en quête de délicieuses distractions devant son écran. Elle se plaît également à parler avec son corps au son d’une bonne musique latine. Mariée, mère d’un mignon petit garçon de deux ans, Valérie se dit fière de son parcours et continue à marquer de son empreinte le monde entrepreneurial.

Statler LUCZAMA

luczstadler96@gmail.com

Laisser un commentaire