ven. Juil 1st, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Kav-Alye Pierre, au cœur de la littérature contemporaine

4 min read

La littérature présente les pensées les plus profondes et une compréhension illustrée de toutes les choses vues, entendues et ressenties dans les  expériences quotidiennes de la vie. Avec des auteurs qui se livrent, les liens se créent facilement, permettant aux lecteurs de goûter à la vie de l’auteur. Kav-Alye Pierre, auteur de la nouvelle génération, n’y échappe pas. Il se libère à travers des lettres qui traversent le temps.

Kav-Alye Pierre est écrivain et metteur en scène. Né à Port-au-Prince, il a grandi à Canapé-vert et a fait ses études primaires à l’école nationale République du Libéria. Étudiant finissant en anthropo-sociologie à la Faculté d’Ethnologie, il est comédien, poète et artiste conceptuel. Il est membre fondateur et co-directeur artistique de Opaque-Voisin Lab avec Gertrude-Hugh Février. Il est aussi membre de la Compagnie Hors-Temps et responsable de son administration. Son regard sur la littérature est le reflet de sa vie, qui se nourrit de la réalité quotidienne qu’il affronte.

« La littérature, dit-il, est un espace qui donne l’opportunité de créer le monde dont vous rêvez, et la possibilité à un groupe de personnes sans voix de disposer d’un espace pour se représenter sous diverses formes. On peut tendre la main à ceux qui nous  ressemblent et même à ceux qui ne nous ressemblent pas. Je veux en même temps que ce soit un espace d’intimité, de déchirement, et aussi un espace de conflits et luttes ».

Kav-Alye a sorti son premier texte aux Éditions Goutte-Lettres. Passionné dès son enfance par l’écriture grâce à son grand frère qui, lui aussi, était un amoureux de lecture et d’écriture, il a commencé en tant que diseur. Il récitait des poèmes jusqu’àvouloir écrire les siens. D’après lui, on ne peut pas se réveiller un jour et se dire qu’on est désormais écrivain, il y a un cheminement nécessaire avant de choisir ce que l’on désire faire. Étant écolier, il rencontrait souvent des écrivains qui venaient faire des ateliers d’écriture dans les écoles qu’il fréquentait. Il a suivi des formations avant de pouvoir décider à se lancer. À propos de son intégration dans le milieu de la littérature, l’auteur a expliqué que c’est à travers ses œuvres qu’un écrivain peut se faire remarquer.

« Il n y a pas d’intégration, souligne-t-il. À un premier moment, cela dépend de la manière dont vous vous y prenez pour présenter votre humanité. C’est le résultat de vos travaux qui va vous aider par la suite à vous imposer par rapport au discours esthétique, artistique ou politique qui accompagnera votre œuvre ».

Auteur de plusieurs textes appréciés par ses lecteurs, Kav-Alye a publié son premier recueil de poésie en 2020. Un recueil en créole intitulé : « Pwason Lari » dont Catherine Ursin, une artiste française, a réalisé l’illustration. Un texte qui comprend trois parties, deux poèmes fleuves, dont « Lademann, Palavire, Syèl pa donen dyaman ».

« C’est un recueil écrit dans un langage courant avec un travail linguistique fait autour de la langue créole, faisant appel au langage de la rue qui apporte de nouveaux mots dans la langue. Les rappeurs utilisent cette forme de langage dans leur production et moi je voulais faire cette restitution à travers la poésie », a expliqué l’écrivain.

Avec une restitution du créole parlé en milieu rural et de celui des quartiers dits populaires, l’auteur a trouvé intéressant de travailler sur un  thème  assez problématique demandant beaucoup de travail en pointant du doigt le mélange qui se fait autour de la langue créole pour essayer de tirer ce qu’il y a de meilleur. Puis « Boyin 7.6.7 », un texte de théâtre inédit, qui va être mis en lecture prochainement et Lettre à Vésuve, une nouvelle, etc.

« Je me laisse motiver par tout ce qui m’entoure. Les messages que m’envoient les rudes réalités quotidiennes. Je fais ce que j’aime et ce que je veux. Je vis ma plus belle expérience », raconte le poète.

Cependant, l’auteur dit ne pas pouvoir vivre à fond sa passion parce que, d’après lui, il n’y a que les  chanteurs qui sont reconnus comme artistes en Haïti. Les comédiens ne bénéficient pas de l’appréciation du public en tant que tels et cela les empêche parfois de se faire entendre. Il n’y a que les chanteurs et les peintres qui sont considérés comme des artistes et qui jouissent d’une certaine reconnaissance sociale auprès du public.

Par ailleurs, Kav-Alye conseille à tous les jeunes qui veulent intégrer  un domaine, d’essayer de se rendre à la source de ce qu’ils veulent faire. « Pour la littérature, précise-t-il,  il faut lire. Si une personne ne consomme pas de ce qu’il veut faire, la production sera médiocre. Il faut d’abord apprendre à lire les autres écrivains qui ont publié des textes et qui ont reçu des critiques. Toute personne n’est pas appelée à devenir automatiquement écrivain, on peut être aussi un très bon lecteur, parce que écrire demande une aisance assez particulière ».

Geneviève Fleury

genevievef359@gmail.com

Laisser un commentaire